J’aimerais revenir sur un fait de la semaine qui m’a marqué. Partout sur les réseaux, depuis 3 jours, nous pouvons voir la vidéo de deux habitants de Calais devant leur maison et une foule de migrants et pro-migrants (une manifestation était organisée ce jour) avancer vers eux. Il y a une bousculade, ils sont obligés de rentrer dans leur cour. Ils reçoivent ensuite quelques projectiles, qu’ils renvoient d’autant plus fort sur la foule pendant que l’un des habitants ressort un fusil à la main en provoquant la foule. En même temps, certains manifestants essaient de calmer le jeu. Finalement ils finissent par rentrer chez eux et la foule se calme.

Beaucoup de partages et commentaires prenaient « David et Gaël » (les habitants) comme victimes. Un groupe de soutien et une cagnotte ont même été créés pour eux… Mais pouvons nous soutenir ces gens en ayant seulement vu une vidéo de 2 minutes ? Que s’est t-il passé avant le début de la vidéo ? En faisant quelques recherches, des témoignages disent qu’ils auraient provoqués la foule en les insultants (ce qui est fort possible car ils font aussi parti de groupes anti-migrants). La réaction de certains manifestants à jeter des projectiles est donc naturelle (même si je ne l’approuve pas), et la réaction des 2 habitants est extrêmement violente.

Pourquoi ai-je donc vu plus de propos haineux envers les migrants que neutres ou en soutien aux migrants se propager sur la toile ? Sur beaucoup de chaînes télévisées ou radios nous avons pu voir le terme « riverain excédé ». Or ce terme ne fait qu’accompagner ce petit bout de vidéo et met en cause les manifestants sans chercher pourquoi ils ont agit ainsi.

Les informations sur les réseaux sociaux sont relayées très vites, voir quasi instantanément. Chaque jour, même pour un utilisateur modéré des réseaux, des dizaines d’informations passent sous ses yeux. Mais a-t-on vraiment le temps d’analyser ces informations ? Je ne crois pas. C’est d’ailleurs ici que se trouve la dangerosité d’une mauvaise utilisation de ces réseaux. En cherchant toujours à passer plus vite d’une information à une autre, nous ne prenons pas le temps de bien les comprendre et les analyser. Et puis une information sans réelle réflexion et recherche est tellement plus simple et rapide à partager qu’une information vérifiée et réfléchie. Car le « choc » nous fait réagir, c’est aussi plus simple de partager un message sous la colère qu’après une réflexion et le choc passé.

Je pense que toutes ces raisons font que jusqu’à aujourd’hui j’ai vu beaucoup de propos haineux. Heureusement de jours en jours je vois plus de commentaires et réflexions sensés. Prenons donc le temps de recevoir les informations et servons nous des réseaux pour transmettre notre joie plutôt que notre colère. Car la colère mène à la haine, la joie mène à l’amour.